Article

Programme MIX-IT : Portrait de Jessica Szenker, Responsable du développement commercial de Transactis

 

 

 

Quel est votre parcours professionnel ? Quand et comment êtes-vous arrivée chez Transactis ?

Je suis titulaire d’un Master de Biologie Cellulaire, mais comme beaucoup de scientifiques égarés, je me suis reconvertie à l’informatique bancaire à l’issue de mes études.

J’ai fait quasiment toute ma carrière dans le Groupe Société Générale, puisqu’après 2 ans et demi en prestation à la Direction des Paiements de la Direction des Systèmes d’Information du Crédit du Nord, j’y ai été embauchée en 2010. Puis j’ai rejoint la Société Générale en 2012, toujours à la Direction des Paiements de la DSI.

Je suis arrivée chez Transactis en 2017 en même temps que mes collègues des Paiements ; j’ai d’ailleurs mené le projet d’intégration des équipes et applications Paiements au sein de Transactis !

 

Aujourd’hui quel regard portez-vous sur votre métier et sur le chemin parcouru ?
Ce qui vous a attiré dans le domaine IT ?

J’ai un parcours totalement atypique, puisque je suis passée de la biologie à l’informatique (analyste COBOL, chef de projet) puis chargée de missions transverses (organisation, pilotage budgétaire, sourcing, offres, …) et enfin responsable de développement commercial.

Quand je regarde en arrière, je vois un chemin sinueux qui m’a permis d’apprendre tellement de choses ! Sur l’informatique, les paiements, la banque, et toutes les fonctions transverses. Communication, finance, juridique, achats… J’ai rencontré énormément de personnes aux parcours et compétences différents et complémentaires, cela m’a vraiment enrichie.

Au départ j’ai trouvé dans l’IT un moyen de satisfaire mon côté logique et cartésien. J’ai toujours aimé les défis, trouver des solutions, tester, observer, recommencer, jusqu’à ce que cela fonctionne. Et puis au fur et à mesure des années, je me suis éloignée de l’IT pure, mais j’ai continué à évoluer à ses côtés tout en prenant de la hauteur. Et je continue à chercher des solutions mais d’une autre manière. Et avec une dimension relationnelle et stratégique dans laquelle je m’épanouis pleinement.

 

Comment avez-vous évolué dans cet environnement masculin ?

J’étais partie pour travailler dans la Recherche en Biologie (un monde très féminin) et je me suis retrouvée dans l’IT dans un environnement très masculin. Cela n’a pas toujours été facile, car malheureusement nous sommes encore victimes de clichés, surtout lorsqu’on est une femme, jeune, et qui n’a pas fait d’études d’informatique. Mais au fur et à mesure des années, j’ai pu prouver ce que je valais, et les mentalités ont évolué également. Il faut se dire qu’on a surtout beaucoup d’alliés, que ce soit au sein de l’entreprise ou dans la société en général.

 

Comment est vécue la mixité au sein de Transactis, les rapports entre les hommes et les femmes ?

Chez Transactis, je trouve qu’il y a toujours de la bienveillance entre les hommes et les femmes. C’est une entreprise à taille humaine, où les femmes sont représentées au niveau CODIR (même si c’est plutôt dans les fonctions support…) ainsi qu’au sein des directions opérationnelles.

Je pense que l’IT n’attire pas trop les femmes, probablement dès les études et c’est dommage. Peu de femmes font des études dans l’IT et in fine peu de femmes y travaillent.

L’IT est vue comme un métier d’homme, surtout les développeurs… Alors que cela comprend plein de métiers différents. Je pense qu’il faut vraiment parler de cette variété de métiers.

Néanmoins, je constate que des femmes comme moi peuvent très bien évoluer dans l’IT même si elles n’y étaient pas prédestinées.

Par ailleurs, Je pense apporter une touche de légèreté, d’humour, de créativité et de « folie » dans tous les projets que je mène ou auxquels je contribue.

 

Un mot pour résumé ?

Il y a tellement de métiers dans l’IT, qu’elles soient passionnées de technique ou de fonctionnel, les femmes y ont toute leur place !