Article

Programme Mix-IT : Portrait de Berthe Rakotomalala, Cheffe de projet intégration gestionnaire GAB, Fabrication Front Office

 

 

Quand et comment êtes-vous arrivée chez Transactis ?

Après une maîtrise de Biochimie à l’université Paris Sud, j’ai intégré un DESS « Applications des réseaux et de la télématique » – Université Paris 7 Denis Diderot.

J’étais prestataire de 2009 à 2012, interne depuis août 2012 chez Transactis. J’ai effectué de nombreuses missions en prestation dans différentes banques en monétique retrait /automates bancaires, puis un petit saut chez le constructeur de GAB NCR, avant d’atterrir chez Transactis.


Aujourd’hui quel regard portez-vous sur votre métier et sur le chemin parcouru ?

A vrai dire, je ne pensais pas travailler dans ce secteur au début. Mon parcours me prédestinait plutôt à passer mes journées dans un laboratoire de recherche.

Finalement, après la maîtrise de biochimie, j’ai intégré un DESS d’informatique et réseaux plus porteur sur le marché du travail. J’ai bénéficié d’un boum de demandes d’informaticiens pour assurer le passage de l’an 2000 et l’arrivée de l’Euro.

A l’occasion d’un stage, j’ai pu travailler sur les cartes à puces ce qui m’a permis de découvrir le monde de la monétique et d’y rester. Je me suis rapidement prise au jeu. Très vite, je me suis accrochée pour suivre et réussir dans ce domaine, l’enjeu en valait la chandelle, je ne regrette pas.

 

Comment avez-vous évolué dans cet environnement masculin ?

On ne peut pas nier, le monde des automates est très masculin. Et les appréhensions ne manquent pas.

Heureusement, j’ai eu des collègues masculins qui ne m’ont pas jugé et ne m’ont pas fait sentir que je ne suis pas à ma place.

En revanche, de l’extérieur, si je réponds à un appel, on demande forcément mes collègues masculins. Je l’ai senti par leur insistance que je ne pourrai pas apporter une réponse à leur problème. En fait, j’avais le sentiment, qu’il fallait démontrer que j’étais à la bonne place.

Ce que j’aime dans mon job, c’est la diversité des projets, les relations avec les fournisseurs et les clients, une vue transverse et large du périmètre.

 

Comment est vécue la mixité au sein de Transactis, les rapports entre les hommes et les femmes ?

 

En arrivant chez Transactis, je n’ai pas remarqué qu’il y avait plus d’hommes que de femmes. Peut-être parce que j’ai toujours navigué dans cette atmosphère, ce qui est important c’est de travailler avec des personnes compétentes et qui s’identifient dans les valeurs de Transactis.

 

Une devise ?

« Rien n’est facile mais tout est possible ! »