Article

Programme Mix-IT : Portrait de femmes chez Transactis

 

 

Retrouvez notre premier portrait de femmes qui inaugure la série de portraits à venir dans le cadre du programme Mix-IT.

Isabelle Mauger, Directrice des relations clients actionnaires de la monétique chez Transactis témoigne de son parcours, partage avec nous ses expériences en tant que femme dans le domaine bancaire et le secteur de l’IT.

 

Isabelle, quand et comment êtes-vous arrivée chez TRANSACTIS ?
Je suis arrivée chez Transactis en avril 2013, après avoir contribué à la création, puis au développement de La Banque Postale.

« Marketeuse » depuis l’origine après un DESS Marketing à Paris Dauphine, j’ai plongé pour débuter, dans l’univers financier avec l’aide du réseau Caisses d’Epargne, à l’occasion de la création des échelons régionaux, les SOREFI.

Mon métier actuel consiste à développer et gérer la relation avec nos clients, c’est à dire anticiper et répondre aux besoins de nos clients (trajectoire, budget, sécurité via les équipes de Relation Banque), leur garantir la conformité de la plateforme Transactis aux exigences des réseaux interbancaires et internationaux Visa, Master, CB… ( Service de veille réglementaire), s’assurer de la qualité de nos livrables (Homologation) et de leur satisfaction, et être au rendez-vous du portefeuille de projets en terme de trajectoire et de ressources (Gestion du Plan).

 

Aujourd’hui quel regard portez-vous sur votre métier et sur le chemin parcouru ? Ce qui vous a attiré dans le domaine IT ?
Un parcours étonnant, car je n’avais jamais imaginé travailler un jour dans le secteur bancaire, encore moins dans l’IT et que dire de la région parisienne…Un parcours qui s’est construit au fil des opportunités, des paris, des rencontres.

 

Comment est vécue la mixité au sein de Transactis, les rapports entre les hommes et les femmes ?
Bien ! Elle est bien vécue car elle n’est pas un sujet en tant que tel. La solidarité, le respect, le partage sont des valeurs solides chez Transactis et contribuent à ce que la mixité soit pour moi un non-sujet dans sa forme.

Oui, le domaine technique n’a historiquement pas attiré les foules féminines. Et Transactis n’échappe pas à la règle quant à la sous-représentativité des femmes. Pourtant, les domaines y sont très diversifiés, et justifient comme pour toute entreprise la présence de tous les éléments, masculins ou féminins pour provoquer cette alchimie gagnante dans les équipes.

Au fur et à mesure de ma carrière, j’ai avancé grâce à la passion des gens, leur épanouissement, l’envie de réussir, l’esprit d’équipe, rythmée par mes valeurs : respect, partage, ténacité, écoute. Une de mes prises de risques a été d’entrer dans un monde auquel je ne connaissais rien car la monétique est un univers particulier, un peu comme le notariat, où l’on devient notaire de mère en fille…et un monde si terriblement technique. Comprendre de quoi l’on parlait, rendre audible pour un client nos solutions, nos propositions.

Mais j’aime les défis ! L’essentiel est de se construire un référentiel que ce soit à titre professionnel (création d’une filière bancaire, interventions dans des conventions de vente de 1000 personnes) ou personnel (raids, régates, courses).

Malgré les coups de mou, j’ai toujours réussi à rebondir grâce à la solidarité autour de moi, à la prise de recul et à ma ténacité. J’ai toujours bénéficié du soutien de ma hiérarchie chez Transactis lorsque j’avais besoin d’elle.

Par ailleurs, ma façon de faire en temps de crise est de continuer de vivre, être très pragmatique, maintenir le lien avec mes équipes, mes managers et mes partenaires, poursuivre mes activités oxygénantes et ressourçantes : le sport et la musique, préserver mon univers familial.

 

Avez-vous choisi ce métier par passion ?

Le métier de manager, oui ! Mon évolution professionnelle m’a conduit à l’exercer dans le domaine de l’IT. Ce que j’aime dans ce job ce sont les relations, humaines, commerciales, l’autonomie, les chaînes de décision courtes, la transversalité et la richesse des sujets à traiter.

 

Une devise ou plutôt un principe de vie ?

Se créer un référentiel (j’ai été capable de le faire) et prendre de la hauteur ou du recul (le plus confortable « sans se prendre ni plafond, ni mur !!! »)